Le Black dans la Pop-Culture #1 : Le Cas Barret (FF7)

Bonjour et bienvenue dans ce premier numéro de la chronique « Le Black dans la pop culture ».

Dans cette chronique, nous allons vous présenter des personnages noirs marquant apparus dans les divers médias que ce soit les Jeux-Vidéo, les Mangas ou encore le Cinéma. Dans les faits, il s’agira d’une analyse desdits personnages. Qui sont-ils? quel est leur parcours? Qu’est-ce qui les rend si exceptionnels? Ce sont là les questions auxquels nous essaierons de trouver réponse.

Pour ce premier numéro, nous avons choisi de vous présenter un personnage Afro iconique du monde des Jeux-Vidéo, j’ai nommé Barrett.


Que vous ayez joué au jeu ou pas, que vous vous intéressiez au jeux vidéos ou pas si je vous parle d’un épéiste blond qui part sauver le monde d’une menace de fin imminente, vous reconnaîtrez probablement un des jeux qui a le plus marqué la pop-culture ces 20 dernières années. Vous l’avez deviné, pour le premier épisode de cette chronique, on va vous parler de La Légende de Zelda Final Fantasy 7!

The Legend of Final Fantasy 7

Avant de rentrer dans le vif du sujet, parlons un peu du contexte. Nous sommes en 1997, la représentativité des personnages de couleur dans les jeux vidéos est quasi nulle. Il y avait autant de personnages noirs dans vos jeux que de Mew dans le fichu camion à Carmin-Sur-Mer. Alors, si je remplace “jeux vidéos” par “jeux vidéos japonais” imaginez le vide, le grand vide derrière ce camion… Enfin bref, le 31 Janvier un certain Final Fantasy 7 sort.

Le jeu est un succès critique et commercial et il est encore aujourd’hui considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs jeux de tous les temps tout simplement (ou l’un des plus overrated mais j’y ai rejoué récemment et il n’y a vraiment rien à dire). Il a révolutionné le J-RPG et a propulsé Square Enix et Sony vers les sommets. Et, à bien des égards il a révolutionné le monde du jeu vidéo.

(Regardez moi ces graphismes magnifiques, une révolution à l’époque… Taisez vous les jeunes et les vieux, faites semblant de ne pas voir que cette image est modée et graphiquement améliorée)

Je pourrais passer des heures à vous dire pourquoi ce jeu est magnifique mais ce n’est pas le but de cet article. Le but de cet article est de vous parler de l’un des premiers personnages de rpg noir et probablement, l’un des plus influents à ce jour: MISTER T  BARRET.

(A partir de là si vous n’avez pas joué au jeu et ne voulez pas être spoilé retourner vivre dans votre grotte ou à vos biberons. J’essaierais de les minimiser mais bon… )

(VOUS ÊTES PRÉVENUS)

Credits : Gordon Théobald

L’homme qui dirigeait d’une main de fer

Quand vous le croisez au début du jeu, Barret est le leader d’AVALANCHE un groupuscule éco-terroriste qui lutte contre la Shinra.

Si vous n’êtes pas familier avec le scénario de FF7, la Shinra c’est une grosse multinationale qui exploite l’énergie de la planète, le mako, quitte à semer la pollution et la désolation (hashtag capitalisme)… Barret en tant que boss, dirige AVALANCHE d’une main de fer ( Main de fer : Rigolez c’est un ordre!).

C’est un gaillard bourru avec le sang chaud et une grande gueule. Ayant tout perdu à cause la Shinra, il s’est tourné vers la vengeance et l’extrémisme. Je me souviens l’avoir souvent comparé à Jax de Mortal Kombat qui est un autre personnage assez bourrin et aussi doté de membres mécaniques.

 

(D’une main de fer on te dit!)

Mais la comparaison s’arrête là,  car si jusqu’ici, Barret rentre bien dans les préjugés de personnages Noirs bourrins et stéréotypés ( vous savez l’image que vous avez de lui si vous regardez une FF7 de loin); ensuite, vous terminez la première mission du jeu, la fameuse “bombing mission”, et vous découvrez un autre aspect du personnage : Barret a un côté prévenant derrière son aspect brute et c’est un homme qui hésite entre ses “devoirs” de terrorisme et le fait de devoir rester à la maison afin de prendre soin de sa fille Marlène.

Pas question de toucher à l’argent que Monsieur a mis de coté pour les études de Marlène même si on en a besoin pour sauver le monde!

 

Corel devenue prison, regardez moi ces graphismes magnifiques…

A ce niveau pour beaucoup de jeux, même modernes, Barret est déja un personnage bien écrit et que cette dualité suffit à le définir, du coup on le range au placard et on ne le développe plus. Pas FF7. Plus tard, vous arriverez à Corel Nord.

Et si la ville s’appelle Corel « Nord« , c’est parce qu’elle est au Nord de Corel… Mais aussi parce que c’est une reconstruction de la vraie Corel par les survivants de cette dernière quand elle a été détruite par la Shinra.

A Corel Nord tout le monde déteste Barret (qui je le rappelle est le leader d’un groupe ANTI Shinra). Comme j’ai envie que vous vous intéressiez au jeu et que cet arc est vraiment beau je ne vais pas vous raconter tous les événements qui vont se dérouler. Donc on va faire un Fast Forward rapide pour découvrir le passé de Barret…

 

L’homme qui voulait se Barret

Dans ce flashback, vous apprenez que Barret est né et a grandi dans une petite ville appelée Corel en compagnie de son meilleur ami Dyne (non pas comme dîner, mais à l’américaine comme “Dayne”). Corel est une ville pauvre et les habitants survivent à peine grâce aux mines de charbon.

Quand la Shinra arrive, trois ans avant les événements du jeu et propose aux habitants d’installer un réacteur mako, Barret y voit l’opportunité d’enrichir la ville et d’améliorer les conditions de vie des habitants, d’autant plus que sa femme est gravement malade. Finalement, il finit par convaincre Dyne et le reste des habitants qui étaient contre l’idée de l’accepter et le réacteur est construit… (vous la voyez hein la CORELation avec la haine que les habitants lui vouent…)

(Le nouveau réacteur tout beau tout joli qui va résoudre tous les problèmes du monde)

Mais aussitôt construit, le beau réacteur est pris en otage par un groupe terroriste (quels salauds quand même ces terroristes). Barret aide la Shinra a reprendre contrôle du réacteur, mais, capitalisme oblige, la Shinra décide de tout détruire pour protéger leurs secrets industriels. Quand je dis tout, la ville de Corel est incluse car ils la soupçonnent d’avoir aidé les terroristes à prendre leur fichu réacteur…

This is Business!

Pendant l’attaque de Corel, Dyne et Barret essaient de rejoindre le village pour sauver leurs familles. Dyne tombe dans un précipice en sauvant Barret mais Barret arrive à le rattraper de justesse. Barret ne veut pas abandonner son ami mais la Scarlet, un des « boss » de la Shinra, finit par tirer sur son bras dont il perd l’usage.

Il finit donc par lâcher Dyne qui ira dîner en enfer (ou pas?). Enfin arrivé à Corel, il n’y trouve que cendres mais il arrive à sauver la petite fille de Dyne, Marlène, qu’il finit par adopter. Il remplace ensuite son bras perdu par une fucking mitraillette de la mort qui tue pour exécuter sa vengeance.

Il voue désormais une haine sans borne à l’encontre de la Shinra qui lui a tout pris, tout en supportant ses regrets (mais qui ne se serait pas fait attirer par un réacteur aussi beau) et en prenant soin de la seule personne proche qu’il lui reste : Marlène.

Il finit par décider d’agir et crée AVALANCHE, ce qui va le mener plus tard à rencontrer notre joyeuse bande et à sauver le monde de votre gothique aux longs cheveux gris préféré. Nous sommes au début de l’arc Corel mais je vais m’arrêter là pour les spoils parce que le remake HD va bientôt sortir et que cet arc a été une grosse surprise pour moi, notamment la conclusion qui est vraiment intense…

 

A vrai dire, beaucoup de joueurs se rappellent souvent de hum hum Aerith mais cet arc est tout aussi touchant.

La fin  HD Remake

En conclusion, au delà de son aspect de Mister T bourrin, Barret a bénéficié d’un développement encore à ce jour peu commun pour un personnage Noir. Loin d’être un personnage unidimensionnel, il a cette profondeur qui fait de lui l’un des personnages Noirs les plus intéressants dans le jeu vidéo. En apparence, c’est une enième brute Noire qui sert de comic relief de temps en temps.

Mais en vérité, il est bien plus : c’est un homme au bon cœur et en quête de repentir qui a dû développer un tempérament plus agressif à cause des circonstances de sa vie.

Comme il le dit lui même dans l’une de ses nombreuses métaphores où il compare sa vie à un train :

« Tu dois comprendre qu’il n’y a aucun moyen de sauter de ce train en marche. Il faut attendre d’être arrivés au bout de la ligne. ».

Tu dois comprendre qu'il n'y a aucun moyen de sauter de ce train en marche. Il faut attendre d'être arrivés au bout de la ligne. Cliquez pour tweeter

C’est votre vie, vous ne serez pas quelqu’un d’autre vous devrez la vivre et faire vos choix, vous ne pouvez pas choisir de descendre et de monter dans une autre vie. Je ne sais pas pour vous mais voir un traitement aussi lucide d’un personnage Noir en 1997 est un grand indicateur de la qualité de ce jeu. Et c’est un jeu que je recommanderais toujours peu importe le débat sur le fait qu’il soit overrated ou les graphismes qui ont mal vieilli (Vous comprendrez que « mal vieilli » est un gentil euphémisme).

Sur ce, je vais me Barret en vous remerciant de votre lecture 😉

PS : Barret se prononce Barrette mais je devais faire ces jeux de mots.
PS2 : Je n’ai pas honte des magnifiques jeux de mots qui se promènent un peu partout dans l’article, pas la peine de le signaler

 

 

 

 

Laissez nous un commentaire!

commentaires

zackufairu Auteur

Si vous me cherchez, je serais probablement entrain de dériver dans des univers imaginaires avec des dragons et des fées... N'hésitez quand même pas à m'écrire si vous souhaitez échanger.